Panama dernière.

juin 18, 2013 dans Blog d'Humeur. par moi moi

L’ambiance de Boquete, son climat et sa facilité d’y vivre me retiennent près d’une quinzaine de jour, en cette fin de Mai. L’envie me vient même d’y élire domicile pour un moment, puisque j’ai encore trois mois de visas… Mais l’appel de l’aventure et l’envie de voir la côte caraïbe sont plus forts. Je plie donc bagages (!) sans trop savoir ou sera mon prochain campement sur les 300 derniers kilomètres avant le Costa Rica.

C’est à 1200 mètres d’altitude au sommet d’une route magique dans la forêt de la Fortuna, que je découvre un emplacement magnifique avec un paysage variable suivant le temps. On est en pleine saison des pluies, en ce moment. Elle tombe drue et si fort sur le toit de Bucéphale, que je suis obligé de mettre un casque pour écouter le film qui fait passer le temps. Sitôt finie, le panorama se révèle, les brumes accrochées à la forêt tropicale qui m’entoure, le ciel encore chargé de noir et au loin, la côte Caraïbe sur un fond de bleu. Je finirai par rester là dix jours, d’autant que je suis rejoins par une famille de français, Xavier et Karine avec leur deux enfants, à qui j’avais indiqué le point gps.

Pluie, humidité, manque de nourriture me feront descendre vers un bon resto en bords de mer à Chiriquigrande. La Cevice, une salade de fruit de mer, est « mas piquante ». Mais après une semaine de pâtes à la sauce tomate, j’apprécie et commande pour la suite une cassolette… de fruits de mer, qui sera mas+piquante ! Dommage, ce village de bords de mer ne recèle aucun spot pour moi et Bucéphale. Il en est de même d’ailleurs pour toute la cote jusqu’à la frontière.

PAN_0772.jpg
PAN_0813.jpg
PAN_0814.jpgPAN_0817.jpgPAN_0822.jpg
PAN_0833.jpgPAN_0864.jpgPAN_0878.jpgPAN_0882.jpg
PAN_0314.jpgPAN_0320.jpgPAN_0332.jpgPAN_0349.jpgPAN_0357.jpgPAN_0377.jpgPAN_0384.jpg
PAN_0389.jpgPAN_0394.jpgPAN_0404-2.jpgPAN_0474.jpg
PAN_0483.jpgPAN_0499-2.jpgPAN_0508-2.jpgPAN_0510-2.jpg
PAN_0032.jpgPAN_0896.jpgPAN_0892-2.jpg
PAN_0692.jpg
PAN_1109.jpgPAN_1113.jpgPAN_1130.jpgPAN_1131.jpgPAN_1189.jpgPAN_1217.jpg

Je finirai donc par passer une petite semaine près de Changuinola, 8 kilomètres avant la frontière, au bord d’une rivière. Pêche et baignade, photos en face du village qui porte bien son nom El Silencio.

Parti de Boquete, le 22 mai, je passerai la frontière de Sixaola, le 14 juin soit 300 kilomètres en 22 jours !!! L’équivalent d’un Paris-Beaune. Clin d’œil nostalgique à quelques amis et leurs bonnes caves.